Plus maligne que le cancer, Mireille Horsinga-Renno

Mireille Horsinga-Renno

Comment ne pas se laisser submerger par le choc de l’annonce d’un cancer ? C’est la question que s’est posée Mireille Horsinga-Renno quand elle a appris, suite à un simple contrôle médical de routine, qu’elle était atteinte d’un myélome.
L’auteur découvre alors qu’il existe un lien entre son cancer de la moelle osseuse et l’environnement, la pollution qui nous entoure. Et elle s’interroge.
Elle refuse néanmoins de se laisser abattre et se découvre un tempérament de battante, une force intérieure jusqu’alors insoupçonnée qu’elle va utiliser pour « faire mentir les statistiques ». Adoptant une attitude proactive durant toute la phase des traitements, et prenant conscience de la précarité de la vie, elle donne naissance à une nouvelle image d’elle-même et des autres, écartant les parasites de l’existence et renouant avec les petits riens qui font le bonheur d’un quotidien.
Aujourd’hui, Mireille Horsinga-Renno est en rémission.
Et parce que tout le monde, un jour ou l’autre, est amené à être confronté de près ou de loin à un cancer, l’auteur a décidé de partager son expérience, pour redonner du courage à tous ceux qui ont appris ou apprendront qu’ils sont atteints d’une grave maladie.
Plus Maligne que le cancer est un hymne à la vie.

Mireille Horsinga-Renno est née en 1947 à Strasbourg. Plus maligne que le cancer est son deuxième livre.

 

Bastian éditions,2016
disponible en librairie, 15€
isbn : 979-10-90851-08-5
format 12 x 19 cm
134 pages

 

La presse en parle

« Son livre, écrit dans une nécessité extrême, révèle moins un besoin de témoignage que celui d’accompagner peut-être des personnes se retrouvant aussi démunies qu’elle avait pu l’être à l’annonce de sa maladie. C’est un manifeste personnel s’adressant à des personnes dont la singularité pourrait se retrouver menacée comme la sienne l’avait été en ce jour lointain désormais révolu… La médecine du XXI’ siècle ne gagnerait-elle pas à se reconstruire sur cette approche fondatrice qui rendrait aux patients (considérés comme des cas ou des « mécanismes biologiques »…) leur véritable nature d’êtres humains en perpétuelle réinvention ? »
Hebdoscope n°1035, Michel Loetscher, janvier 2017

« L’auteur sait qu’elle n’est qu’en rémission, mais choisit de savourer chaque moment de sa vie. C’est ce cheminement qu’elle raconte ; les mots sont directs, concrets ; elle ne cherche pas à s’épancher ou à attirer les larmes. Non, elle donne les faits, passe de considérations sur la médecine à d’autres sur Dieu, la famille, les atteintes à l’environnement, de façon très simple. Un peu comme si on suivait le cours de ses pensées. »
L’Alsace, Françoise Marissal, 25 mars 2017

Retour à la liste des parutions